De retour pour le jubilé, Harry et Meghan divisent (vraiment) l'opinion

De retour pour le jubilé, Harry et Meghan divisent (vraiment) l'opinion

Plus d'infos sur Meghan & Harry

On les aime ou on les déteste : le prince Harry et son épouse Meghan ne laissent pas indifférents parmi les badauds qui sont allés voir vendredi les membres de la famille royale à Londres, au deuxième jour des célébrations du jubilé d'Elizabeth II.

Dès leur arrivée au pied des marches de la cathédrale Saint-Paul pour une cérémonie religieuse dans le coeur de la capitale britannique, au lourd son des cloches, le ton est donné.

Pour leur première apparition royale en couple au Royaume-Uni depuis leur retentissant départ en exil en Californie il y a deux ans, les enfants terribles sont applaudis, mais essuient aussi quelques huées. Et les acclamations sont bien moins appuyées que celles destinées au prince héritier Charles ou à son fils William, deuxième dans l'ordre de succession, et sa femme Kate.

"J'aime la monarchie", mais "je ne suis pas favorable à Harry et Meghan", assène Keith Macmillan, un homme âgé arrivé expressément d'Ecosse pour apercevoir les "royals".

"Je les déteste intensément", renchérit-il, interrogé par l'AFP, regrettant leur retour dans le pays natal du prince Harry à l'occasion des 70 ans de règne de la reine Elizabeth II.

La presse britannique avait initialement bien accueilli l'entrée de Meghan Markle, 40 ans, dans la famille royale, marquée par un mariage digne d'un conte de fées en 2018.

D'abord louée pour avoir apporté un vent de fraîcheur à une institution pétrie de traditions, l'ex-actrice américaine s'était rapidement attiré les critiques féroces des tabloïds pour son comportement prétendument capricieux ou les déboires avec son père.

La décision du couple de couper le cordon avec la monarchie, pour gagner sa vie indépendamment, puis son grand déballage dans une interview accordée à la télévision américaine en 2021, dans laquelle il l'accuse de racisme, finissent de consommer la rupture. Harry et Meghan apparaissent comme voulant profiter des privilèges liés à leur rang sans les contraintes.

Au premier jour du jubilé, le duc de Sussex, 37 ans, et la duchesse sont restés discrets, observant le défilé militaire d'une fenêtre, privés du célèbre balcon du palais de Buckingham aux côtés de la reine et d'autres représentants de la monarchie, car ils n'en sont plus des membres actifs.

Vendredi, ils se sont affichés en plein jour, élégants, Harry arborant des médailles militaires sur sa veste et Meghan portant une robe blanc cassé très sage - chapeau, gants et escarpins assortis. Ils ont redescendu les marches, à la fin de la cérémonie, main dans la main.

Mais aucune déclaration intempestive n'est venue gâcher la fête et les caméras de Netflix, avec qui ils ont signé un contrat, sont demeurées discrètes malgré les craintes de tabloïds implacables pour le couple.

"Je pense qu'ils devraient juste rester en arrière-plan", explique Roger Nagy, 51 ans, un chirurgien de Denver, aux Etats-Unis. "Ils peuvent faire ce qu'ils veulent de leur vie mais (...) il s'agit de la reine et pas d'eux aujourd'hui".

"Petite réconciliation" ?

Rae Williams, 37 ans, une inconditionnelle de la famille royale qui a apporté une image de la reine en carton grandeur nature, trouve au contraire "bien pour Harry d'être là aujourd'hui", alors que les relations se sont gâtées entre lui, son père Charles et son frère aîné William.

Vendredi, le retour de Meghan et Harry faisait la une en ligne des sites internet d'information britanniques mais certains médias comme le Daily Mail notent qu'ils étaient assis dans la cathédrale à distance de leurs anciens complices William et Kate.

"J'espère qu'il y aura une petite réconciliation", confie l'Ecossaise sexagénaire Gwyneth Cookson, une des rares véritables "fans" de Meghan, à qui elle dit avoir un jour fièrement serré la main à Edimbourg.

Au Royaume-Uni, le couple est très impopulaire : 58% d'opinions défavorables pour Harry et près de 63% pour sa femme, selon l'institut YouGov. Mais la tendance est inversée chez les jeunes de 18-24 ans, avec davantage d'avis positifs.

La Nord-Irlandaise Lorraine Frame, d'âge moyen, pense qu'Harry "veut le beurre et l'argent du beurre", tandis que Meghan pensait, à tort, pouvoir changer "des centaines d'années d'histoire et de traditions". Qu'ils profitent de cette journée, dit-elle, "et plus vite ils retourneront en Amérique, mieux ce sera".

AFP

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL people

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?