Harry et Meghan visés par des suprémacistes blancs

Harry et Meghan visés par des suprémacistes blancs

Plus d'infos sur Harry et Meghan

Le prince Harry, Meghan Markle et leur fils Archie auraient été la cible de menaces de la part de deux suprémacistes blancs dans leur podcast radio. Selon Metro UK, l'homme de 38 ans, Christopher Gibbons, s'en est pris non seulement au fils du prince Harry, mais aussi au duc de Sussex lors de son émission de podcast Black Wolf Radio, qu'il animait aux côtés de Tyrone Patten-Walsh, 34 ans.

Selon la BBC, Christopher Gibbons est jugé à la Kingston Crown Court dans l'est de Londres. Ce dernier aurait décrit le fils du duc et de la duchesse de SussexArchie, comme une "abomination" dans un podcast. L'homme de 38 ans a également demandé que le Prince Harry soit "tué judiciairement pour trahison", a entendu le jury.

L'homme est jugé avec Tyrone Patten-Walsh, 34 ans.

Les deux hommes nient avoir encouragé des actes de terrorisme d'extrême droite. Ils sont accusés d'avoir utilisé leur émission appelée Black Wolf Radio pour commettre les infractions présumées entre mars 2019 et février 2020.

La procureure dans cette affaire, Anne Whyte QC, a déclaré aux jurés réunis à la Kingston Crown Court : "Ce sont des hommes qui ont des opinions d'extrême droite. Ce sont des suprémacistes blancs dévoués et sans reproche".

Elle a ajouté : "Ils réservent une haine particulière aux relations interraciales, et ils utilisent le mariage et les enfants du prince Harry et de Meghan Markel comme des exemples parfaits de cela."

"Christopher Gibbons a fait référence à ses opinions selon lesquelles le bébé des Sussex était une abomination qui devait être abattue et le prince Harry devait être poursuivi et reconnu coupable et tué judiciairement pour trahison", a-t-elle conclu.

Le tribunal a appris que quelque 23 longs podcasts audio, comportant des séquences "assez crues" et entrecoupés de musique, ont été mis en ligne sur un compte comptant 128 abonnés.

"Ce sont des suprémacistes blancs dévoués et sans reproche", a déclaré Mme Whyte QC. "Ils pensaient qu'en utilisant le format d'une émission de radio, aussi bien à la vue de tous, ils pourraient faire passer leur entreprise pour l'exercice légitime de leur liberté d'expression. En fait, ce qu'ils faisaient, c'était utiliser un langage conçu pour encourager d'autres personnes à commettre des actes de terrorisme d'extrême droite contre les sections de la société que ces accusés détestaient", a-t-elle ajouté.

MM. Gibbons et Patten-Walsh auraient approuvé le meurtre de la députée travailliste Jo Cox en 2016 et auraient également glorifié la fusillade de 2019 de Brenton Tarrant à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, lorsqu'il a tué 51 personnes dans deux mosquées pendant la prière du vendredi.

Mme Whyte QC a déclaré aux jurés que les approbations de la violence s'inscrivaient dans le "contexte d'un racisme débridé", le duo déplorant l'existence de députés noirs et asiatiques, faisant des remarques antisémites et décrivant les hommes noirs et asiatiques comme des violeurs.

M. Gibbons nie un autre chef d'accusation de diffusion de publications terroristes en téléchargeant des vidéos sur le web entre avril 2018 et février 2020.

Le procès en cours se poursuit.

RTL People & Buzz

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL people

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?