Märtha Louise, la princesse norvégienne qui renonce à la royauté pour son fiancé chaman

Elle dit parler aux anges et va épouser un "chaman" autoproclamé: la princesse norvégienne Märtha Louise a annoncé mardi renoncer à ses fonctions officielles pour mener ses activités controversées avec son fiancé.

"Je regrette que la princesse ne représente plus la maison royale. Elle est très douée pour ça", a déclaré son père, le roi Harald V, lors d'une rare allocution télévisée au côté de son épouse, la reine Sonja.

Fille aînée du couple royal norvégien et quatrième dans l'ordre de succession, la princesse de 51 ans avait peu avant annoncé, dans un communiqué du palais, qu'elle renonçait à ses fonctions royales officielles pour mieux les distinguer de ses activités personnelles et de celles de son encombrant fiancé, l'Américain Durek Verrett, un guide spirituel en vogue à Hollywood.

"Cela implique notamment qu'ils n'utiliseront plus le titre de princesse et ne mentionneront pas les membres de la maison royale sur leurs réseaux sociaux, dans les productions médiatiques ou dans le cadre d'autres activités commerciales", a expliqué la maison royale.

La fille du roi et soeur aînée du prince héritier Haakon - à sa naissance, la règle était encore que le fils cadet l'emportait sur la fille - va également renoncer à tout patronage princier.

Elle reste princesse malgré tout

"Conformément au souhait du roi", Märtha Louise conservera toutefois son titre de princesse, selon le palais. Et son fiancé entrera bien dans la famille royale lorsqu'ils seront mariés.
La relation de la princesse avec un chaman en vogue chez des stars comme Antonio Banderas ou Gwyneth Paltrow passe mal en Norvège, où beaucoup comme l'humoriste Dagfinn Nordbø le traitent de "charlatan".

Visage glabre et crâne rasé, l'Afro-Américain laisse entendre dans son livre "Spirit hacking" que le cancer est un choix, propose des exercices pour gommer "l'empreinte" vaginale des femmes ayant eu de multiples partenaires sexuels, et vend pour 222 dollars un médaillon, le "Spirit Optimizer", qui l'aurait aidé à surmonter le Covid.

Selon un sondage publié en septembre, 17% des Norvégiens ont désormais une moins bonne opinion de la famille royale, la plupart citant la princesse et son fiancé comme explication.

"Nous sommes d'accord sur le fait de ne pas être d'accord", a résumé mardi Harald V à propos de son futur gendre, dont il avait approuvé les fiançailles avec sa fille, divorcée en 2016.

Couple atypique

Avec la fin des fonctions de Märtha Louise, "nous pensons que cela créera une plus grande distance et nous en sommes heureux. Nous sommes arrivés à cette proposition à l'amiable avec laquelle nous sommes tous satisfaits", a déclaré le roi.

Sur Instagram, la princesse a à son tour publié une vidéo pour défendre son choix.
"J'espère que cette décision va contribuer à plus de clarté sur mes rôles, d'une part de fille du chef d'Etat de la Norvège, sa majesté le roi, et d'autre par d'entrepreneuse et de personne privée", a-t-elle dit.

S'il assure comprendre que ses positions puissent désarçonner, Durek Verrett s'estime surtout victime de racisme - à l'instar de l'actrice Meghan Markle qui s'était dite rejetée par la famille royale britannique.

La princesse elle-même fait depuis longtemps figure d'excentrique dans le royaume scandinave, assurant pouvoir communiquer avec les anges, don qu'elle essaie de partager à travers des cours et la publication d'ouvrages.

En 2002, elle avait déjà renoncé à employer le titre d'"altesse royale" après avoir choisi de travailler comme voyante.

Son premier époux, Ari Behn, dont elle a eu trois filles, était un écrivain haut en couleurs qui détonait déjà au sein de la famille royale. Il s'est suicidé en 2019, trois ans après leur divorce.

Dans le communiqué du palais, Märtha Louise assure être "consciente de l'importance de la connaissance fondée sur la recherche". "La spiritualité, l'intimité avec les autres personnes et les animaux, le yoga et la méditation" peuvent être des facteurs supplémentaires, tout comme "la chaleur d'une main, une aiguille d'acupuncture, un cristal", argue-t-elle cependant, appelant au respect de sa position "personnelle".

RTL INFO, avec AFP

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL people

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?