La victoire inestimable d'un Brésilien durant le Mondial 2018: Casagrande est resté... sobre

Walter Casagrande est le seul Brésilien sorti vainqueur du Mondial-2018. La Seleçao est tombée en quarts, mais l'ex-attaquant du Torino a remporté une victoire inestimable: il est resté sobre pendant tout le tournoi.

C'est la première fois qu'il a passé toute une Coupe du Monde sans consommer d'alcool ni de cocaïne, après 38 ans d'addiction.

"Casao" était déjà sous cette emprise lors de l'unique Mondial disputé en tant que joueur, en 1986, au Mexique, puis à chaque fois qu'il a commenté la compétition comme consultant de TV Globo, la plus grande chaîne du Brésil.

Avant de devenir un symbole de la lutte contre l'addiction, ce rockeur invétéré était surtout un des emblèmes d'une jeunesse dont la mobilisation de masse a sonné le glas de la dictature militaire (1964-1985), aux côtés du mythique Socrates, décédé 2011 après avoir sombré dans l'alcoolisme.

"Socrates buvait beaucoup. Il en est mort, parce qu'il aimait boire, mais aussi parce qu'il essayait d'oublier ce qui lui faisait du mal. C'était la même chose pour moi avec la drogue", raconte l'ancien avant-centre.


"Énorme vide"

Avec la Démocratie Corinthienne, les joueurs des Corinthians, son club formateur, ont lancé un système d'autogestion qui défiait le pouvoir en place et ils étaient en première ligne dans les manifestations contre le régime militaire.

Mais ces dernières années, c'est contre la drogue que Casagrande a mené un combat de tous les instants.

"J'en prenais déjà avant, mais après ma carrière de footballeur, ça c'est transformé en appétit vorace, une véritable autodestruction", explique à l'AFP l'ex-joueur de 55 ans, qui a conservé les boucles brunes de sa jeunesse d'attaquant impétueux.

Avec 4 overdoses au compteur, ce colosse d'1,91 m a touché le fond en 2007, après un grave accident de voiture.

"Je suis resté un an dans une clinique de réhabilitation. Je me suis rendu compte que le fait d'avoir arrêté de jouer avait laissé un énorme vide, qui me faisait souffrir énormément", raconte-t-il, agitant nerveusement ses doigts ornés de bagues à tête de mort.

Il a raccroché les crampons à 32 ans, après une carrière bien remplie, y compris en dehors du Brésil, avec un titre de champion d'Europe avec Porto en 1987 et deux saisons pleines en Italie au Torino (1991-1993).


"Autre planète"

Né dans une famille de classe ouvrière de Sao Paulo, Casagrande était dès l'adolescence un fervent admirateur de Socrates, neuf ans plus âgé que lui. Il a fini par réaliser son rêve en jouant à ses côtés aux Corinthians, au début des années 80.

Inséparables, ils se rendaient ensemble aux concerts de rock de la scène bouillonnante qui annonçait les prémices de la redémocratisation.

Ils sont aussi montés ensemble sur l'estrade lors de la manifestation historique qui a réuni plus d'un million de Brésiliens réclamant des élections directes en 1984, à Sao Paulo.

Aujourd'hui, Casagrande a du mal à croire que 35 ans plus tard, Jair Bolsonaro, nostalgique du régime militaire, puisse faire planer à nouveau l'ombre des années de plomb.

"Je n'aurais jamais pu imaginer une chose pareille, parce que la dictature a pris fin après 20 ans de combat pour le retour de la démocratie, la fin de la censure, pour que les gens vivent sans la peur au ventre", affirme-t-il.

"Le fait qu'il y ait autant de militaires au gouvernement fait un peu peur, mais ont ne peut pas prédire ce qui va se passer", ajoute-t-il, évoquant les sept ministres issus de l'armée.

Même s'il est opposé aux idées d'extrême droite du nouveau président, Casagrande n'a pas hésité à défendre le milieu de Palmeiras Felipe Melo quand ce dernier a dédié un but à Bolsonaro pendant la campagne.

"Tous les joueurs ont le droit de se manifester. De nos jours, personne ne donne son opinion sur rien, on a l'impression que les joueurs vivent sur une autre planète", déplore-t-il.

À présent, l'ex-attaquant se sent plus libre en commentant les matchs à la télévision. "Jouer procure plus de plaisir, mais c'est bien plus confortable d'être consultant", admet-il.

C'est dans ce rôle qu'il a ému tout le Brésil en révélant à l'antenne, à l'issue de la finale France-Croatie le 15 juillet dernier à Moscou, qu'il venait de passer son premier Mondial en toute sobriété.

"J'ai tourné la page lors de la Coupe du Monde, j'ai laissé mon passé d'addictions derrière moi", conclut-il.

AFP

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL sport

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?