Tour de France - "Une bonne journée", estime Thomas, Bernal "peut rêver en gardant les pieds sur terre"

Tour de France - "Une bonne journée", estime Thomas, Bernal "peut rêver en gardant les pieds sur terre"
Tour de France - "Une bonne journée", estime Thomas, Bernal "peut rêver en gardant les pieds sur terre"
Tour de France - "Une bonne journée", estime Thomas, Bernal "peut rêver en gardant les pieds sur terre"
Tour de France - "Une bonne journée", estime Thomas, Bernal "peut rêver en gardant les pieds sur terre"

(Belga) S'il n'a pas répondu à l'attaque de Thibaut Pinot, Geraint Thomas a tout de même réussi 27 secondes au maillot jaune Julian Alaphilippe. Le Britannique, vainqueur sortant, est ainsi revenu à 1:35 d'Alaphilippe au général. "C'est une bonne journée", a estimé Thomas.

Samedi, Thomas avait perdu 30 secondes sur le Tourmalet. "Je me suis senti mieux qu'hier (samedi), c'est certain, les jambes ont mieux réagi", a confié le coureur d'Ineos. "Je ne voulais pas faire la montée en gardant Alaphilippe dans ma roue. On l'a laissé rouler un peu. C'est une bonne journée. Il y a tant de gars dans le coup cette année. Tout le monde va ressentir la fatigue, il faut serrer les dents et continuer. J'espère que mon expérience de l'année dernière va m'aider. La journée de repos va être la bienvenue." Son équipier Egan Bernal a fini 5e de l'étape. Le maillot blanc est également cinquième au général, à 2:02 d'Alaphilippe. "Je peux être content. 'G' m'a dit que je pouvais suivre les mouvements et faire ma propre course. Il m'a dit que ce serait mieux si on avait deux cartes à jouer. J'ai beaucoup souffert pour essayer de rester avec Pinot, mais c'est le Tour: quand je me suis fait lâcher, je méritais d'être là où j'étais, je m'en suis satisfait. J'ai 22 ans et c'est déjà un rêve de me retrouver parmi les meilleurs. A partir d'aujourd'hui, on peut rêver, oui, mais en gardant les pieds sur terre. Il y a encore cinq ou six coureurs qui peuvent gagner le Tour de France... Et ce sera très difficile. Si à n'importe quel moment je dois me sacrifier pour que Geraint Thomas gagne le Tour, je le ferai avec plaisir." Steven Kruijswijk conserve la 3e place au général à 1:47, mais voit Thibaut Pinot revenir à seulement 3 secondes. "Je suis resté dans la roue de Thomas, je ne pouvais pas suivre Pinot", a confié le Néerlandais de Jumbo-Visma. "Nous avons essayé de limiter le plus possible les dégâts. Je n'étais pas mal mais un jour n'est pas équivalent à un autre. On savait que ce serait un combat d'homme à homme. Nous étions encore trois de l'équipe sur le mur de Péguère où Landa a attaqué. Nous avons mené la montée à un bon rythme et Laurens (De Plus) a fait son travail dans la descente avec quelques autres gars. Une course dure est meilleure pour moi." Mikel Landa a lui tenté sa chance de loin. Il a fini en troisième position, dans le même temps que Pinot. "Je me suis retrouvé sans jambes dans le final hier (samedi) pour disputer l'étape. Mais aujourd'hui j'avais de bonnes sensations, alors j'ai voulu tenter quelque chose de différent pour rebondir", a déclaré l'Espagnol de Movistar, septième du général à 4:54. "La stratégie était de mettre trois coureurs dans l'échappée. C'est ce que nous avons réussi à faire et grâce à cela, j'ai pu retrouver des coéquipiers qui ont ensuite tout donné pour moi, je leur suis très reconnaissant. Je savais que ça allait être difficile d'aller contester l'étape à Simon Yates mais je suis plutôt content de mon résultat. J'ai perdu beaucoup de temps le jour de ma chute et on ne peut plus parler de gagner le Tour de France. Mais je crois que le podium est toujours jouable et j'aimerais bien aller chercher une victoire d'étape." (Belga)

Agence Belga

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL sport

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?