Tennis: Nadal ne fait pas de cadeau

Tennis: Nadal ne fait pas de cadeau
Tennis: Nadal ne fait pas de cadeau
Tennis: Nadal ne fait pas de cadeau

Rafael Nadal ne fait pas de cadeau: pour ses premiers pas au Masters 1000 de Madrid mercredi, le roi de la terre battue a expédié le jeune espoir du tennis espagnol Carlos Alcaraz, le jour même de ses 18 ans.

6-1, 6-2 en 1h17 précisément: "Rafa" ne s'est pas laissé émouvoir par le "Joyeux anniversaire" entonné par le public clairsemé de la "Caja Magica" à peine l'échauffement entre les deux joueurs entamé.

En apparence, le cadeau - se mesurer en ce jour particulier à la référence absolue sur ocre, le tout en Espagne - était prestigieux pour le jeune Murcien classé 120e mondial.

"J'ai assisté de nombreuses fois au tournoi de Madrid, j'y ai vu des grands joueurs, des grands matches. Et à chaque fois que je venais, je n'avais qu'une envie, c'était d'attraper une raquette et de sauter sur le court. C'est un rêve qui devient réalité", racontait-il après son premier tour victorieux lundi.

Le présent s'est averé moins généreux qu'imaginé : dès le troisième jeu, au bout d'un point spectaculaire à rallonge, Alcaraz a visiblement ressenti une douleur intercostale et a immédiatement eu recours au kiné. A partir de ce moment-là, il a encaissé dix points consécutifs, jusqu'à se retrouver mené 5 jeux à 0.

- "Expérience inoubliable" -

Le protégé du vainqueur de Roland-Garros 2003 et ex-N.1 mondial Juan Carlos Ferrero a dû attendre plus d'une demi-heure - 32 minutes précisément - pour inscrire son premier jeu.

Au-delà, les choses ne se sont pas beaucoup améliorées. Si le jeune Espagnol est parvenu à s'emparer du service de Nadal pour réduire l'écart à 3-1 dans le deuxième set, il a immédiatement cédé son engagement blanc dans la foulée.

Etait-il diminué physiquement ? "Pas du tout", répond Alcaraz sans chercher d'excuse.

"J'aurais pu faire mieux, mais en face, j'avais +Rafa+, un grand +Rafa+. Jouer contre lui n'est jamais facile, ni la première fois, ni la centième. Il ne m'a pas laissé jouer à un très bon niveau", constate-t-il.

Reste "une expérience inoubliable", retient le jeune joueur, qui s'est vu offrir à la fin du match un imposant gâteau au chocolat.

L'unique cadeau venu de Nadal ? Ses louanges à son égard.

"C'est un joueur complet, très agressif, il est capable de monter très souvent au filet, il bouge super bien, il est courageux et c'est quelqu'un de bien, avec la bonne attitude, énumère le Majorquin aux treize sacres à Roland-Garros. Je crois qu'il va brûler les étapes très vite, et que ça va être un joueur fantastique dans un futur proche".

Après ce premier match madrilène, une dizaine de jours après son premier titre de la saison à Barcelone, lui se réjouit de se "sentir de nouveau à l'aise et en confiance au service".

- Paire en 54 minutes -

En huitièmes de finale, il affrontera l'Australien Alexei Popyrin (76e), tombeur 7-6 (7/5), 6-2 du jeune Italien Jannick Sinner.

Fin de parcours pour Benoît Paire (35e), au lendemain de sa première victoire depuis plus de deux mois, seulement sa deuxième de l'année: le Français n'a tenu que 54 minutes (6-1, 6-2) face à Stefanos Tsitsipas, récent vainqueur du Masters 1000 de Monte-Carlo et finaliste à Barcelone, et globament meilleur joueur du début de saison (N.1 à la Race).

Comme Tsitsipas, Daniil Medvedev (N.3) et Alexander Zverev (N.6) ont réussi leur entrée en lice.

Pour le Russe, de retour sur le circuit après un test positif au Covid-19 mi-avril avant ses débuts à Monte-Carlo, c'est la première victoire sur terre battue depuis plus de deux ans (avril 2019).

Lui qui ne cache pas être allergique à l'ocre a eu besoin de trois sets (4-6, 6-4, 6-2) pour écarter l'Espagnol Alejandro Davidovich Fokina (49e). "J'adore la terre battue", a-t-il ironisé sur la caméra signée par les joueurs à la fin des matches.

L'Allemand a lui dominé 6-3, 6-2 le Japonais Kei Nishikori (43e), quand Aslan Karatsev (27e), la révélation russe de 2021, a renversé 2-6, 6-4, 6-1 l'Argentin Diego Schwartzman (N.9).

Dans le tableau féminin, les demi-finales opposent jeudi la N.1 mondiale et lauréate de Roland-Garros 2019 Ashleigh Barty, tombeuse 6-1, 3-6, 6-3 de Petra Kvitova (12e), à l'invitée surprise espagnole Paola Badosa (62e), et la Bélarusse Aryna Sabalenka (N.7) à la Russe Anastasia Pavlyuchenkova (42e).

AFP

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL sport

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?